Laissez nous un message


Aucun conseiller n'est disponible pour le moment. Veuillez laisser un message, nous vous répondrons le plus rapidement possible.

Laissez nous un message

Filtrer par

Prix

30 399

Marques

Filter

Sondes pour mesurer l’humidité

Éléments vitaux pour les animaux, le fourrage requiert une certaine manipulation et attention surtout au moment de son stockage. Il en est de même le grain et les céréales. Pour surveiller de près le bon déroulement du stockage, une sonde hygrométrique est souvent utilisée pour contrôler le taux d'humidité dans l'air. À celle-ci peut s'ajouter un humidimètre.

Surveiller ses stocks de grain et de fourrage avec des sondes hygrométriques

Une sonde hygrométrique est un appareil permettant de mesurer l'air ambiant. Bien qu'elle puisse être utilisée dans de nombreux domaines, celui de l'agriculture en requiert davantage. Elle est sollicitée dès la plantation des graines de récolte, lorsqu'il faut surveiller la teneur en eau des sols. Ainsi, les végétaux pourront pousser dans de meilleures conditions. Par ailleurs, la sonde hygrométrique joue aussi un rôle important dans la définition du stade de la récolte.

Enfin, quand vient la conservation du fourrage ou des grains de céréales, l'hygromètre entre en jeu pour vérifier le taux d'humidité dans l'espace de stockage. Ni trop sec ni trop humide, l'environnement de stockage doit respecter un certain seuil. En effet, si l'air est trop humide, le foin comme les grains peuvent s'exposer aux attaques des champignons et la moisissure. Pour le fourrage en particulier, un taux au-delà de 20 %, ajouté à une aération insuffisante peut entraîner un risque d'incendie, d'où la nécessité de contrôler le taux de l'eau à l'aide d'un hygromètre sonde de qualité professionnelle.

Mesurer l'humidité pour assurer la bonne conservation de son foin et ses céréales

L'humidimètre, quant à lui, est un appareil servant à mesurer la teneur en eau dans le foin ou dans le tas de céréales. Prenons l'exemple des grains. Généralement, ces derniers ne peuvent être entreposés qu'à partir de 14,5 % d'humidité. S'ils sont donc trop humides, vous risquez de les abîmer au moment du stockage. La présence d'eau en plus dans le grain peut aussi entraîner la prolifération des bactéries et des champignons, les rendant inutilisables.

Par ailleurs, lorsque vous allez moudre les grains, ils doivent également respecter un certain taux d'eau. Ce taux varie selon le type de grains. À titre d'exemple, le blé ne peut être moulu qu'avec un taux d'humidité de 13 %, tandis que 9 % est requis pour moudre le tournesol. Grâce à un humidimètre, vous obtiendrez les chiffres de manière précise.

Pour ce qui est du fourrage, les appareils à sonde sont plus efficaces pour déterminer la teneur en eau des balles de foin. Un capteur d'humidité situé à l'extrémité de l'appareil permet de restituer la valeur exacte, et ce, à l'aide d'un faible courant électrique.

Conseils pour bien stocker son fourrage et son grain

Pour éviter les risques d'incendie lors du stockage du fourrage, mais aussi pour maintenir le bon taux d'eau des grains pour qu'ils ne pourrissent pas, le capteur d'humidité, la sonde hygrométrique et la sonde thermique sont tous des outils indispensables. Un suivi régulier du fourrage comme des grains est recommandé, surtout en période estivale.

Certains appareils combinent les mesures d'eau et de température pour faciliter le travail des agriculteurs. Bien entendu, vérifier la température du fourrage est aussi important pour les mêmes raisons. Et pour optimiser vos performances, utilisez la technologie et n'hésitez pas à miser sur des outils connectés !